[Blog] Orgasme / Plaisir

Absence d’orgasme chez la femme

Les facteurs à l’origine de ce problème sexuel qu’est l’anorgasmie et les solutions possibles pour y remédier.

Le dysfonctionnement orgasmique chez la femme.

Quand une femme ne peut pas atteindre l’orgasme, connait une difficulté à l’atteindre même quand elle est sexuellement excitée, on parle de dysfonction orgasmique ou absence d’orgasme.

L’absence d’orgasme chez la femme.

 
Lorsque les rapports sexuels ne sont pas agréables, il peuvent se transformer en une véritable corvée au lieu de constituer une expérience intime satisfaisante pour les deux partenaires. Le désir sexuel vient souvent à décliner et les rapports s’espacent et se raréfient, ce qui peut générer du ressentiment et une relation conflictuelle au sein du couple.
 
Environ 10 à 15% des femmes n’ont jamais eu d’orgasme et les sondages indiquent que près de la moitié des femmes ne sont pas pleinement satisfaites même lorsqu’elles l’atteignent. Ceci implique également que l’esprit et le corps doivent bien fonctionner ensemble de manière synchronisée pour qu’un orgasme puisse se produire.
 

De nombreux facteurs peuvent contribuer à l’absence d’orgasme.

 
un abus sexuel, un viol dans son histoire personnelle.
 
un désintéressement pour l’activité sexuelle accompagné d’un sentiment d’ennui et de lassitude lors des rapports.
 
un conflit dans le couple.
 
les effets secondaires de médicaments délivrés sur ordonnance, comme ceux couramment utilisés pour traiter la dépression.
 
des troubles hormonaux, des changements dus à la ménopause et des maladies chroniques qui affectent la santé et le désir sexuel.
 
la fatigue et le stress.
 
les opinions et idées négatives portant sur le sexe, souvent acquises dans l’enfance ou l’adolescence.
 
une timidité, un embarras à préciser à son partenaire le type de stimulation qui fonctionne le mieux.
 
des causes médicales à l’origine de douleurs pelviennes chroniques telle que l’endométriose, d’autres qui affectent l’innervation du bassin comme la sclérose en plaques, la neuropathie diabétique (complication du diabète), et les lésions de la moelle épinière.
 
Philippe Brenot dans « Le Sexe et l’Amour » (éd. Odile Jacob) met l’accent sur le vécu personnel présent et passé pour expliquer en partie les cas d’anorgasmie :

Dans l’histoire d’une femme anorgasmique, on retrouve souvent des tabous sexuels liés à l’enfance et à l’apprentissage sexuel, qui limitent l’autoérotisme et la masturbation, expériences essentielles pour l’accès au plaisir; un problème personnel, un conflit parental, un problème affectif, une difficulté psychologique grave, peuvent également empêcher l’abandon nécessaire à la sexualité; ce sont enfin des troubles de la personnalité, tristesse, colère, rivalité, jalousie et dépression qui constituent des obstacles possibles.
 

orgasme
© Piotr Marcinski / Fotolia

Le traitement de la dysfonctionnement orgasmique.

Un examen médicale complet et un examen physique doivent être effectués. Le traitement d’une absence d’orgasme peut différer selon les causes à l’origine du problème, dont certains ont été évoqués ci-dessus.
 
Pour certaines femmes, il sera important d’acquérir une image plus positive de la sexualité avec une éducation à la stimulation sexuelle et donc à la connaissance de son corps, ce qui peut passer par la masturbation, apprendre à communiquer clairement ses besoins et désirs sexuels de manière verbale mais aussi non-verbale.
 
Qu’elles soient physiologiques, psychologiques et/ou relationnelles, les causes devront être traitées par un professionnel de santé, cela peut aller de la prise d’hormones, à l’apprentissage du corps et ses réponses au stimulation sexuelles, aux thérapies individuelles ou de couple, la liste n’est pas exhaustive.
 
Plus généralement, pour une meilleure sexualité, il est recommandé de prendre du repos, d’adopter une alimentation équilibrée et de limiter l’alcool et le tabac; de pratiquer des exercices de Kegel (contracter et détendre les muscles pelviens) et de ne pas limiter les rapports sexuels à la seule pénétration.

La solution, lorsqu’elle est possible, consiste à réveiller la sensorialité qui est elle-même à la base de la sensualité. Ce qui semble très beau et simple sur le papier, est plus complexe dans les faits. Le réveil sensoriel nécessite une certaine maturité psychologique et érotique, une bonne connaissance de soi, tant physique que psychologique, et l’absence de problèmes personnels pouvant “bloquer” cette sensorialité.
 
Les sexothérapies de l’anorgasmie travaillent toujours sur deux plans, une psychothérapie permettant de dépasser les conflits en cause, de dédramatiser le vécu sexuel négatif, et une approche sensorielle et comportementaliste revalorisant la masturbation, l’autoérotisme, la relaxation, les massages et la sensorialité dans le couple, et visant à ranimer les capacités amoureuses.
 
Philippe Brenot « Le Sexe et l’Amour » (éd. Odile Jacob)

* crédit illustration © tang90246 – © smokingsky – Fotolia
ultricies risus risus. tempus vulputate, lectus suscipit Nullam nec mattis venenatis,