[Blog] Physiologie / organes sexuels

Améliorer et renforcer l’érection par des méthodes naturelles

Il existe des méthodes simples et naturelles pour améliorer l’érection durablement, il est en effet possible de renforcer son érection en maximisant et dynamisant ses qualités érectiles sans poudre de perlimpinpin ou autres pseudo méthodes plus farfelues que miraculeuses.

L’exercice de Kegel.

Cet exercice simple consiste à faire travailler les muscles du plancher pelvien (périnée), technique découverte par le Dr Arnold Kegel dans les années 1940 pour aider les femmes à tonifier le vagin après un accouchement, cet exercice n’est cependant pas destiné aux femmes uniquement.
 
L’exercice de Kegel chez les hommes est un excellent moyen pour améliorer la fermeté du pénis en érection, tout en augmentant la capacité d’endurance au lit. Comme pour les femmes, l’exercice de Kegel chez les hommes a pour objectif principal de renforcer le muscle pubococcygeus (PC), aussi connu comme muscle du plancher pelvien. Ce muscle est très similaire chez les hommes et les femmes car il s’étend du coccyx jusqu’à l’os pubien, muscle semblable par sa forme à un hamac.
 
muscle pubococcygeus (PC)
 
Les effets bénéfiques de l’exercice de Kegel chez les hommes sont nombreux : il procure une érection plus ferme et durable avec une amélioration de l’angle de l’érection, ainsi que le contrôle de l’éjaculation pour une plus grande endurance sexuelle, il aide à lutter contre l’incontinence urinaire car ce sont les mêmes muscles qui aident à soutenir et contrôler la vessie et cet exercice contribue à la bonne santé de la prostate.
 
En plus des avantages listés ci-dessus, l’exercice de Kegel présente celui non négligeable d’être facile à effectuer et ne nécessite aucune assistance ou matériel particulier.
 
Localiser le muscle PC.
 
Pour ce faire, il suffit d’uriner et chercher à interrompre ou ralentir le flux d’urine en cours, ce qui contracte le muscle PC, sans mobiliser à la place les muscles des jambes, de l’abdomen ou des fesses, se concentrer plutôt sur l’élévation du plancher pelvien vers le haut. Si vous êtes en mesure d’arrêter ou de ralentir votre flux d’urine, vous avez réussi à localiser et à contracter vos muscles du plancher pelvien, il s’agit du même ensemble de muscles utilisés pour resserrer l’anus.
 
Contracter les muscles du plancher pelvien.
 
– Au début : maintenir cette contraction aussi longtemps que possible. Au démarrage la plupart des hommes ne peuvent tenir cette contraction que quelques secondes seulement et certaines personnes en sont totalement incapables. Prendre note du temps pendant lequel l’exercice de Kegel a pu être maintenu.
Relâcher la contraction de Kegel et répéter dix fois de suite. Augmenter graduellement la durée des contractions jusqu’à pouvoir les maintenir pendant 10 secondes chacune. Comme pour tout autre type d’exercice, il est préférable de commencer lentement et de progresser par étapes.
 
– Lors des premières semaines, effectuer 50 contractions tous les deux jours. Chaque exercice de Kegel doit contracter le muscle PC pendant une à cinq seconde(s) selon la force de ce muscle. Avec plus d’exercices et d’expérience, le muscle PC deviendra beaucoup plus fort et les exercices de Kegel pourront s’effectuer sur une plus longue durée.
 
– Augmenter progressivement au fil du temps la durée et la fréquence de cet exercice, jusqu’à cinq à dix minutes par jour, quatre jours par semaine. C’est assez facile à faire puisque ces exercices de Kegel peuvent être pratiqués n’importe où et à n’importe quel moment. Puis au final, il faudra essayer de tenir la contraction aussi longtemps que possible.
 
L’exercice correctement effectué s’accompagne d’une sensation de soulèvement des testicules. Lorsque cet exercice est pratiqué régulièrement pendant 4 à 6 semaines, une amélioration sensible de la force musculaire du plancher pelvien est constatée ce qui aura des effets bénéfiques sur la force de l’érection.

érection
© M-SUR / Fotolia

5 conseils pratiques pour améliorer l’érection.

 
Arrêter de fumer.
 
La qualité de l’érection est dépendante de la quantité de sang dans le pénis, or le tabagisme rétrécit et endommage les artères, y compris celles qui transportent le sang dans le pénis, ce qui limite le flux sanguin dans l’organe sexuel masculin.
 
Pratiquer régulièrement une activité physique.
 
L’exercice physique améliore la santé artérielle avec pour conséquence une meilleure irrigation sanguine du pénis. Privilégier les exercices qui font travailler le système cardio-vasculaire.
 
Mangez moins de viande et de fromage, et plus de fruits et de légumes.
 
Une alimentation riche en graisses animales augmente le cholestérol, ce qui réduit les artères en les bouchant, y compris celles qui transportent le sang dans le pénis. Essayer de passer un jour ou deux par semaine sans viande ni fromage et tacher de consommer quotidiennement cinq à huit fruits et légumes car ils contiennent des antioxydants qui aident à conserver l’ouverture artérielle et donc le flux sanguin circulant dans les artères.
 
Perdre du poids.
 
Le sport et une nourriture équilibrée font perdre du poids, or une étude de l’Université d’Harvard aux Etats-Unis auprès de 1 981 hommes de 51 à 88 ans dont 1/3 des participants avaient des problèmes d’érection, a mis en évidence un rapport entre le tour de taille et le risque de dysfonction érectile, les hommes avec un tour de taille de 50 et plus (au delà de 1,07 mètres) ont deux fois plus de probabilités de connaître des troubles érectiles que ceux chez qui le tour de taille n’excède pas 40-42 (81 cm).
 
Pratiquer la relaxation méditative.
 
Les artères qui transportent le sang dans le pénis sont entourées de tissus musculaires. Lorsque les hommes sont anxieux, ces muscles se contractent, ce qui resserre les artères et réduit le flux sanguin. Lorsqu’on se détend profondément, ces muscles se détendent également, ouvrant les artères (effet vasodilatateur) et maximisant le flux sanguin (les médicaments destinés au traitement des problèmes d’érection fonctionnent aussi en relaxant ces muscles.)
Comme le rappelle justement l’ouvrage “Avoir une sexualité épanouie” de Catherine Cudicio (Eyrolles) :

Pour que l’érection puisse se faire, il faut d’abord que l’adrénaline diminue et que l’on soit détendu ! Ce qui n’est pas toujours évident, car les peurs ou les angoisses ne sont pas toujours la conséquence d’un danger extérieur, mais celle de notre imagination.
La dopamine, entre autres fonctions, est le neurotransmetteur de l’excitation sexuelle. Sécrétée par le cerveau, elle déclenche une chaîne de réactions dont la sécrétion du monoxyde d’azote (NO), qui est le plus puissant vasodilatateur naturel du corps. Ce dernier va provoquer, en utilisant des mécanismes complexes, un relâchement des fibres musculaires lisses intracaverneuses et permettre l’érection.
En simplifiant, pour que l’érection se fasse, il faut une diminution de l’adrénaline et une augmentation de la dopamine.

La relaxation méditative est en mesure d’instaurer cet état favorable à un renforcement de la fermeté de l’érection.

Renforcer l’érection par les plantes.

Certaines plantes par leur action sur la circulation sanguine et la production de testostérone sont en mesure d’améliorer la fréquence, la fermeté et le maintien de l’érection.
Par exemple la vigne rouge, le marron d’Inde et l’hamamélis agissent sur le système cardio-vasculaire et favorisent la circulation sanguine, le tribulus terrestris est considéré comme un viagra végétal et agit sur la production de testostérone. Il existe aussi des huiles essentiels notamment à base de pin, susceptibles d’apporter une aide (voir la vidéo ci-dessous).

 
Voir aussi 8 aliments qui favorisent l’érection.
 

Une meilleure érection grâce à la visualisation.

Le porno grâce à la « magie » du montage et autres artifices propres au cinéma, fausse l’idée de ce que doit être une érection ferme et endurante : porno et réalité ne font pas souvent bon ménage. Cependant il peut y avoir des périodes dans sa sexualité où le besoin d’un peu d’aide pour maintenir son érection un peu plus longtemps se fait sentir. Il convient tout d’abord de comprendre que le processus d’obtention d’une érection est complexe et que de nombreux facteurs peuvent l’influencer, la condition physique ainsi que l’état psychique y contribuent beaucoup.
 
Le mental, parlons-en, il existe des techniques de visualisation mentale (s’imaginer en érection) pour booster son endurance et la durabilité de son érection, une méthode originale qui ne conviendra peut-être pas à tout le monde mais qui mérite d’être découverte et surtout d’être essayée avec un minimum d’entraînement.

* crédit illustration © vladimirfloyd – Fotolia