[Blog] Couple / Amour

Amour et sexe vont-ils ensemble ?

Amour et sexe sont-ils inextricablement liés ? L’amour peut-il exister sans le sexe ? Est-ce l’amour qui conduit au sexe ou vice versa ?

Le sexe sans amour n’est pas toujours drôle… Mais c’est plus drôle que l’amour sans le sexe ! Georges Wolinski

On dit que les femmes ont des rapports sexuels pour se sentir aimées et que les hommes tombent amoureux aussi et surtout pour le sexe, qu’une femme considère l’amour comme le fondement de l’intimité tandis que pour un homme le sexe est comme l’expression ultime de l’amour. Au delà de ce qui ressemble fort à des clichés, comprendre la manière dont chaque partenaire place l’amour et la sexualité au sein du couple contribuera à son maintien et à garder l’amour vivant.
 
Toutes les relations, quelque soit leur durée, sont basées sur des accords, une sorte de contrat définissant les contours de la relation et ce qu’elle privilégie (l’amour, le sexe, l’amour et le sexe, l’amour sans le sexe, le sexe sans l’amour, relation ponctuelle ou de longue durée,…), et les accords que nous faisons avec l’autre s’appuient sur nos désirs et besoins et ce que nous sommes prêts à offrir et recevoir. Au fil du temps certaines de ces variables peuvent changer et il convient de les redéfinir au sein de la relation.

Amour et sexualité sont-ils forcément liés ?

 
Quelle est la différence entre l’amour, l’attachement et le désir sexuel ?
 
Parfois nos relations amoureuses peuvent être difficiles à comprendre, une partie de cette confusion vient du fait que nos relations sont influencées par trois systèmes émotionnels puissants mais distincts. Le plus souvent ces trois systèmes émotionnels oeuvrent ensemble pour aboutir à une situation équilibrée et satisfaisante. Mais ce n’est pas toujours le cas, ces trois systèmes émotionnels entrent parfois en concurrence entre eux, conduisant à des sentiments confus.
 
Le premier système émotionnel est le désir sexuel, il implique des penchants pour les plaisirs charnels, l’attirance sexuelle entre individus, c’est une émotion très intense et puissante qui peut brouiller le jugement. Le désir sexuel est souvent basé sur l’apparence physique, la nouveauté et la « chimie » entre deux personnes, et tandis qu’il motive beaucoup de nos comportements au début d’une relation, son intensité est difficile à maintenir avec la même personne sur la durée.
 
Le deuxième système émotionnel concerne l’amour, composé d’un ensemble complexe de sentiments qui implique souvent des sentiments de proximité, de complicité, d’admiration mutuelle, une véritable appréciation du partenaire et parfois un dose d’inquiétude voire de jalousie, le désir réciproque de prendre soin d’une autre personne. Mais l’expérience de l’amour n’est pas la même pour tous, pour certaines personnes, il peut être exubérant, vécu avec passion, et pour d’autres plus calme et posé.
 
Le dernier système émotionnel implique l’attachement, c’est un sentiment de sécurité, de stabilité et de confort que l’on éprouve avec la présence de quelqu’un d’autre et le sentiment que cette personne sera toujours là pour vous dans les moments de besoin. Et comme pour l’amour, il existe des différences selon les individus dans l’expérience de l’attachement en fonction de son intensité et des causes privilégiées qui nourrissent ce sentiment.
 
Pour Philippe Brenot, sexologue, dans “Le Sexe et l’Amour” (éd. Odile Jacob) :

La relation entre amour et sexualité est plus complexe qu’il n’y paraît. Pour la tradition, on ne peut vivre le sexe sans amour, mais pour les esprits libérés, le sexe se passerait de sentiments. On connaît tous les intermédiaires entre le sexe et l’amour, des amoureux sans sexualité, des amants qui ne s’aiment pas et vivent un lien physique intense, un acte mécanique et impersonnel entre partenaires qui s’aiment profondément, une relation seulement physique qui se transforme en amour…
Ces deux dimensions, l’érotisme physique et l’attachement sentimental, sont suffisamment spécifiques des humains pour qu’ils en aient cultivé toutes les combinaisons.
(…)
L’attachement amoureux (…) se renforce souvent avec la durée du couple, indépendamment du désir physique. Car s’il y a usure, c’est de l’attrait sexuel, pas des sentiments. Ce qui prouve bien que l’amour et le sexe sont deux dimensions indépendantes mais conjointement nécessaires.

amour et sexe
Alexander Limbach / Fotolia

Les mots du sexe et de l’amour.
 
Dans l’ouvrage “Le décodeur sexuel” (éditions First), le psychologue clinicien Yves-Alexandre Thalmann, pour qui “le désir n’est pas forcément couplé à la qualité de la relation affective”, note :

Les mots de l’amour… ne sont pas ceux du sexe.
Pour beaucoup, les mots et les images associés à l’amour sont : doux, tendre, chaud, rond, englobant, apaisant, sécurisant, etc.
Le désir sexuel s’apparente quant à lui à : sauvage, dur, brutal, saillant, explosif, tyrannique, fougueux, violent, transgressif, etc.
Les deux ne renvoient donc pas au même imaginaire, au même type d’expériences. Réduire le désir au registre symbolique de l’amour, c’est courir le risque de le dénaturer.

 
D’après Jean-Pierre Winter dans “Peut-on croire à l’amour” (avec Nathalie Sarthou-Lajus) ed. Le Passeur :

Le désir et l’amour sont, à long terme, quasiment incompatibles. Il est de la nature même de l’amour d’être exclusif, mais, en même temps, il est très angoissant d’avoir pour seul objet d’amour un seul individu. Le désir a besoin de nouveauté, d’inconnu.
Quand on aime, on idéalise la personne et pour désirer quelqu’un il faut l’objectiver. L’humain doit donc opérer deux opérations contraires, ce qui sur la durée n’est pas évident.

L’amour et le sexe ne sont pas la même chose et l’un peut se passer de l’autre. L’amour est une émotion, un sentiment tandis que le sexe est un phénomène biologique et pulsionnel.
 
L’intimité sexuelle ne relève pas de l’attachement amoureux, ils n’ont pas la même dimension relationnelle mais peuvent éventuellement s’enrichir mutuellement l’un de l’autre sans que cela soit pour autant un incontournable.
 
Dans le « Le décodeur sexuel », Yves-Alexandre Thalmann précise à propos du désir sexuel et du sentiment amoureux :

Pourquoi le désir physique ne suit-il pas les sentiments d’amour ? Et si la conception des Anciens véhiculait justement la réponse : le désir s’étiole lorsqu’il n’est pas associé à la liberté ! Lorsqu’il est contraint, corseté à la vie conjugale. Il court le risque de se faner, alors que laissé à lui-même, il renoue avec son moteur essentiel, la liberté, et il renaît de ses cendres.
 
La conclusion s’impose: l’intensité du désir n’est pas forcément corrélée à l’intensité des sentiments. Les lois du désir et du plaisir ne sont pas celles de l’affectivité. Pour renouer avec le désir, le chemin le plus adéquat passe par un travail sur le désir (plutôt qu’améliorer la qualité de la relation).

* crédit illustration © vadim_design