Hommes hétérosexuels 40-49 ans

“J’ai aussi aussi des fantasmes de soumission”

10 choses à propos de la vie sexuelle de Stef, homme hétérosexuel de 43 ans.

1.  Je suis un homme de 43 ans, marié depuis 23 ans à la femme avec qui je suis depuis l’âge de 20 ans. J’ai perdu ma virginité le soir de mon 20e anniversaire et j’ai eu une brève relation avec la femme pendant un mois. Un mois plus tard, j’ai eu une aventure d’un soir, ivre. Un mois plus tard, j’ai eu pour la première fois des relations sexuelles avec la femme que je désirais et qui allait devenir ma femme.
 
2.  J’ai lutté avec mes désirs d’avoir des relations sexuelles avec un homme depuis que j’ai commencé à me masturber à l’adolescence. Mes intérêts étaient sexuels, sans aucun intérêt pour une relation. Je sentais que j’étais hétéro dans tous les sens, à part ce désir occasionnel. Bien que ce soit un fantasme récurrent tout au long de ma vie, j’ai mis ces sentiments de côté, car cela n’était pas cohérent avec mon identité d’homme hétéro et je me sentais “mal”.
 
3.  À l’adolescence, j’ai commencé à acheter de la pornographie et j’avais une préférence pour l’érotisme écrit, les histoires vécues et les magazines échangistes (et les petites annonces dans des journaux alternatifs), les préférant aux photos ou aux vidéos. Je n’ai jamais collectionné de porno et j’ai jeté ce que j’avais acheté après l’avoir lu une ou deux fois. J’ai essayé mais je n’ai jamais aimé le porno gay.
 
4.  Au fil des ans, j’ai recherché des situations (parcs, etc.) où je pourrais avoir l’opportunité d’avoir une expérience sexuelle avec un homme. J’étais à la fois intensément curieux et terrifié par cette possibilité, à la fois effrayé de tromper ma femme et à l’idée d’aller jusqu’au bout.
 
5.  J’ai aussi aussi des fantasmes de soumission, principalement avec des femmes dominantes, mais aussi parfois des hommes ou des couples. J’avais profondément honte de cela et je n’ai jamais agi en conséquence ou senti que c’était quelque chose dont je pouvais discuter avec ma femme.
 
6.  Alors que ma femme et moi avions une bonne vie sexuelle, c’était très conventionnel, car elle a été élevée dans une famille catholique conservatrice et avait honte du sexe et n’était pas à l’aise de recevoir du plaisir. Bien que je n’aie pas grandi avec la honte du sexe, j’avais honte de mes désirs sexuels qui n’étaient pas conformes au rôle attendu de ce que signifiait être un homme hétéro. Ceci, combiné à l’approche fleur bleue de ma femme en matière de sexe, m’a amené à repousser tous mes désirs non conformes et à en avoir plus honte et à être coupable d’avoir ces sentiments.
 
7.  Après avoir eu des enfants, notre vie sexuelle est devenue plus ennuyeuse et moins fréquente. Je me suis de plus en plus tourné vers le porno et la masturbation comme exutoire sexuel, ce qui a alimenté ces désirs et la honte qu’ils m’ont causée. Avec Internet ouvrant l’accès à l’érotisme en ligne et aux forums de discussion, le porno que je recherchais est devenu de plus en plus présent, évoluant vers des fantasmes bi forcés et le cocufiage.
 
8.  Alors que la communication dans notre mariage empirait, je me sentais piégée et je voulais partir, mais je ne pouvais pas me résoudre à me séparer ma famille, alors j’ai nié mes besoins pour une vie sexuelle satisfaisante.
 
9.  J’ai découvert ma prostate après avoir lu sur des articles en ligne et je voulais vivre un orgasme prostatique. J’ai commencé à constituer une collection de jouets anaux alors que je cherchais celui qui produisait cet orgasme et que j’utiliserais pendant la masturbation. J’ai caché les jouets à ma femme, demandant éventuellement un jeu anal mais en évitant toute mention de pénétration et de ce que cela pourrait impliquer. Des années plus tard, je me suis rappelé avoir joué avec mon cul avec des jouets improvisés lors de mes premiers jours de masturbation, ce que j’ai rapidement cessé de faire.
 
10.  Il y a quelques années, un changement de médicament pour la tension artérielle a provoqué une dysfonction érectile, ce que je n’ai pas compris instantanément et j’étais très frustré par mon incapacité à avoir une érection. Ironiquement, cela s’est avéré très bénéfique pour ma vie sexuelle, car ne pas pouvoir bander dur a conduit nos relations à aller au-delà du pénis dans le vagin. J’ai commencé à la brouter davantage (ce avec quoi elle était auparavant mal à l’aise), j’ai commencé à la faire jouir avec mes doigts (ce qu’elle ne permettait pas non plus auparavant) et j’ai commencé à faire du face-sitting.
 
Liste publiée le 13 juin 2022

S’abonner

0 Commentaire(s)
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires