[Blog] Physiologie / organes sexuels

Le sexe féminin en 8 points

Le sexe féminin, c’est tout un monde !

1 – 8000 terminaisons nerveuses dans le clitoris.
Le sexe féminin est composé de plusieurs parties. La zone externe s’appelle la vulve, composée des lèvres internes et externes , du clitoris, du capuchon clitoridien et de l’urètre. Le vagin est en fait la zone intérieure, relié au col de l’utérus, l’utérus, les ovaires et les trompes de Fallope.
Le clitoris est l’organe exclusivement réservé au plaisir de la femme lors des rapports sexuels, il contient donc 8 000 terminaisons nerveuses.
Cela semble très bien comparé au gland du pénis, qui n’en compte que 3500. Mais, si vous comparez les terminaisons nerveuses au pénis ENTIER, y compris le prépuce, ce nombre monte à 24 000.
 
2 – Les requins et les vagins ont un point en commun.
Non, ce ne sont (heureusement) pas des dents – à la place, ils contiennent tous les deux un composé appelé squalène, qui se trouve dans le foie de requin et aussi dans le vagin comme lubrifiant. Lorsqu’une femme est excitée, elle secrète le squalène alors que son clitoris et ses lèvres gonflent, et l’intérieur du vagin s’allonge alors qu’il se prépare à l’entrée du pénis.
 
3 – Le vagin peut fortement se dilater.
Bien qu’il n’y ait pas de «taille standard» pour le vagin d’une femme, la moyenne au repos (sans excitation sexuelle) est d’environ 8 cm pouces de profondeur. Cependant, il n’est pas rigide. En fait, le vagin peut s’agrandir, ce qui permet à un minuscule spermatozoïde de féconder un embryon et de devenir un bébé complètement formé, d’être mis au monde avant que le vagin retrouve sa forme d’origine. Cependant, des facteurs tels que l’âge, le poids et le tabagisme peuvent provoquer un «affaissement» du vagin.
 
4 – Il y a un point G.
Oui, il existe un point magique « G » – une zone à l’intérieur du vagin responsable d’un orgasme intense encore plus fort que celui du clitoris. Comment trouvez-vous le point G ? Allongez-vous sur le dos. Demandez-lui (ou elle) de mettre son index à l’intérieur et de faire un mouvement de « viens ici ». Voyez-vous soudainement des feux d’artifices ? Félicitations, alors vous avez trouvé votre point « G » !
 
5 – Vous pouvez « exercer » votre vagin.
En 1948, un homme du nom d’Arnold Kegel a changé la vie des femmes pour toujours lorsqu’il a publié un exercice du plancher pelvien qui est rapidement devenu synonyme de son nom. Surnommé l’exercice de Kegel, c’est un moyen de renforcer les « muscles pubococcygien du plancher pelvien » (essentiellement les muscles du vagin) qui peuvent aider une femme à faire face pendant l’accouchement, à prévenir les infections urinaires et même à augmenter le plaisir orgasmique.
Pour faire l’exercice, vous devez d’abord reconnaître les muscles dont vous avez besoin en arrêtant d’uriner à mi-chemin. Ensuite, videz la vessie et allongez-vous sur le dos. Contractez et détendez lentement ces muscles (mais pas les fesses) en commençant par des intervalles de 5 secondes et augmentez progressivement la durée jusqu’à 10. Répétez 3 fois par jour. La bonne nouvelle est que les hommes peuvent également bénéficier des exercices de Kegel, aidant à prévenir l’éjaculation précoce et allongeant et renforçant les érections.
 
6 – Ne lavez pas votre vagin !
Non, nous ne parlons pas d’hygiène externe de base, nous parlons de l’utilisation d’ustensiles de nettoyage à l’intérieur du vagin. Oui, le vagin est plein de bactéries, mais ce sont de bonnes bactéries qui maintiennent une femme en bonne santé, et le vagin se nettoie comme une machine bien réglée. Les femmes avaient l’habitude de grandir en croyant que leurs «parties féminines» étaient impures, mais la science moderne a prouvé que cela était faux. Pour les geeks de la science, le pH du vagin est d’environ 4 – le même pour le vin et les tomates.
 
7 – Ne vous rasez pas les poils pubiens…
Se raser ou ne pas se raser, telle est la question. Alors que le but d’autres zones du sexe féminin est plus ou moins compris, en ce qui concerne les poils pubiens, les réponses sont moins claires. Nous ne savons même pas pourquoi les humains ont des poils pubiens, puisque nous sommes la seule espèce sur la planète à en avoir. On pense que cela a quelque chose à voir avec le piégeage des phéromones – les odeurs que nous sécrétons lors de l’excitation sexuelle. Il existe également des théories selon lesquelles il aide à la lubrification entre partenaires pendant les rapports sexuels ou qu’il a aidé à garder les organes génitaux au chaud pendant la préhistoire. Quoi qu’il en soit, il semble soudain que ce soit la norme pour les femmes adultes de se raser la plupart ou la totalité. Cette tendance a commencé dans les années 90 mais s’est accélérée dans les années 2000 où, selon une étude récente, de nombreuses jeunes femmes trouvent aujourd’hui les poils pubiens “répugnants”.
 
8 – Le premier film à utiliser le mot “Vagin” était un film de Disney !
Aussi étrange que cela puisse paraître, Walt Disney a été le premier à montrer des femmes parlant de leur vagin. En 1946, Disney a été chargé par la société Cello-Cotton (qui fabriquait les serviettes féminines Kotex) de réaliser un film intitulé The Story of Menstruation, qui mentionnait le mot Vagin pour la toute première fois sur celluloïd. Le film n’est jamais sorti en salles, mais a été montré à 105 millions d’étudiants américains, ainsi que des publicités pour que les filles s’assurent d’utiliser leur marque quand il s’agit de “cette période du mois”. Le film n’était guère pornographique, il était plutôt à visée pédagogique, et le sang menstruel est montré en blanc au lieu du rouge.

* crédit illustration Gustave Courbet [domaine public], via Wikimedia Commons