Femmes hétérosexuelles 30-39 ans

“Lorsque je me masturbe, mes orgasmes les plus puissants se produisent lorsque je ne pense pas au sexe mais à une idée, un concept, une oeuvre d’art”

10 choses à propos de la vie sexuelle de Soso, femme hétérosexuelle de 38 ans.

1.  Une grande majorité de mon expérience sexuelle a consisté en des aventures d’un soir ou des relations à court terme. Je les trouve très satisfaisants et j’aimerais pouvoir en avoir encore. En même temps, je suis trop possessive de mon partenaire pour lui permettre la même chose, et je ne souhaite pas tricher.
 
2.  Je m’intéresse également à l’idée d’une relation polygame. Pas une relation ouverte, mais une relation entre moi et deux autres, de toute combinaison de genre, qui s’aiment aussi bien que moi, et que j’aime tous les deux.
 
3.  Je n’ai jamais rien fait de particulièrement pervers, mais je finis presque toujours par avoir des relations sexuelles très, très violentes. Je ne peux tout simplement pas faire les choses lentement.
 
4.  Le premier garçon que j’ai embrassé était mon cousin. J’ai aussi touché son pénis. Je ne voulais faire aucune de ces choses, mais je n’ai pas résisté. Maintenant, je lui en veux, même si nous étions tous les deux du même âge (début de l’adolescence), et il ne m’a jamais contrainte. Plus tard, au lycée, un ami (ou un garçon qui, jusqu’à ce jour, était un ami) a tenté de me violer. Nous étions dans ma chambre à traîner, ce que nous avions fait plusieurs fois auparavant. Je l’ai poussé hors de ma chambre. Il m’a fallu beaucoup de temps pour accepter que non, ce n’était pas de ma faute, simplement parce que je l’avais autorisé à entrer dans ma chambre.
 
5.  Je n’apprécie pas le fait que certains puissent considérer mes fantasmes sexuels comme «non féministes». Accepter son imagination sexuelle est l’un des actes d’autonomisation les plus significatifs qu’un individu puisse accomplir, qu’il soit ou non ouvertement une figure de pouvoir dans ces fantasmes. Je pense qu’il est étrange et exclusif d’étiqueter certains fantasmes comme étant «plus» ou «moins» politiquement corrects que d’autres. Je pense aussi qu’une telle attitude ne reconnaît pas les subtilités de l’échange de pouvoir dans les relations dans lesquelles un partenaire n’est qu’apparemment dominant et l’autre seulement apparemment soumis.
 
6.  Les pénis sont beaux. J’aime particulièrement les érections dissimulées et/ou ressenties à travers le tissu. C’est l’une des choses les plus sexy auxquelles je puisse penser.
 
7.  Parfois, lorsque je me masturbe, mes orgasmes les plus puissants se produisent lorsque je ne pense pas au sexe mais à une idée, un concept, une oeuvre d’art ou en écoutant attentivement de la bonne musique. Je dois même me «rappeler» de penser à des idées sexuelles ! Je me masturbe aussi pour rester au chaud la nuit, car ma chambre devient très froide. Pour moi, c’est un acte fonctionnel qui m’aide à me détendre et à me vider la tête, et qui n’est pas toujours uniquement sexuel. Mais je me délecte le plus (même si je n’ai pas un grand orgasme) quand j’ai pensées “sales” et que je pense à mon corps comme à un objet sexuel.
 
8.  J’aimerais être photographiée nue. Non pas parce que je voudrais que quiconque voie les images ou les ait, mais parce que je voudrais simplement voir à quoi je ressemble à travers un œil qui n’est pas constamment autocritique et névrotique. Je soupçonne que je dois être assez sexy dans le nu mais je n’ai aucune «preuve».
 
9.  J’aime regarder et j’aime être regardée. Mon partenaire actuel ferme les yeux pendant les rapports sexuels, et j’aurais préféré qu’il ne le fasse pas. Il est également très calme, même quand il s’amuse beaucoup, et cela me dérange aussi. Je suis en fait assez bruyante. Quand j’ai commencé à avoir des relations sexuelles, j’ai été étonnée par le fait que je sonnais, assez instinctivement, comme des femmes que j’avais vues dans des films X.
 
10.  Le rêve érotique le plus puissant que j’ai jamais fait concernait Groucho Marx. J’ai aussi beaucoup de rêves sexuels sur Gérard Depardieu – du moins, beaucoup en proportion de la fréquence à laquelle je pense à lui dans la vie de tous les jours, c’est à dire pratiquement jamais, à moins que je ne le regarde activement dans un film en me disant “pourquoi ai-je tant de sales rêves sur ce mec ? ”
 
Liste publiée le 21 septembre 2020

S’abonner

0 Commentaire(s)
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires