[Blog] Physiologie / organes sexuels

Point G : comment le trouver et le stimuler ?

Où il est question de cette partie de l’anatomie féminine dénommée point de Gräfenberg (d’où le “G”), en référence au gynécologue Ernst Gräfenber.

Le point G est une zone sensible située à 1 à 4 cm de profondeur sur la partie antérieure du vagin à l’arrière de l’os pubien, partie anatomique qui fait l’objet d’un débat, communément considérée comme une puissante zone érogène, de nombreux experts médicaux ont mis en doute sa légitimité.
 
Certaines femmes décrivent les orgasmes par stimulation du point G comme très intenses et d’une durée plus longue comparée aux autres types d’orgasmes, tandis que pour d’autres femmes, le point G n’est pas une zone aussi sensible que ce qu’on prétend habituellement.
 

point G

 
Ovidie (ex star du X, réalisatrice et écrivain) donne quelques pistes et conseils pertinents afin de trouver et stimuler le point G (extraits de l’ouvrage « Osez découvrir le point G », La Musardine, dans lequel vous en saurez encore plus).

Commencez à rechercher votre point G seule. Glissez deux doigts à l’intérieur de votre vagin, explorez-le. Vous remarquerez que toute la paroi frontalière avec le rectum est complètement lisse et peu sensible. Au fond, vous allez sentir en relief le col de votre utérus. Tournez vos doigts de manière à ce que la pulpe soit en direction de votre vessie. Vous allez remarquer une zone, qui se situe juste après vos os pubien (que vous devez probablement sentir également) qui n’a pas la même texture que le reste de votre vagin. La paroi est légèrement rugueuse et bosselée. Appuyez légèrement dessus, comme si vous vouliez atteindre votre vessie. Si vous ressentez une sensation assez vive, presque douloureuse, comme une besoin incontrôlable d’aller uriner, c’est qu’il s’agit de votre point G.
[…]
Pour exciter votre point G et ne pas passer à côté, il faut exercer des petites pressions dessus. Ce n’est donc pas au fond de votre vagin que doit se terminer le mouvement, mais vers la paroi frontalière avec la vessie. Il va donc falloir courber légèrement les doigts et effectuer un mouvement en arc de cercle.
[…]
Les positions à adopter sont celles où le pénis vient terminer son mouvement sur le point G, et non au fond du vagin comme lors d’un coït classique. Il faut que le vagin et le pénis ne s’emboîtent pas parfaitement et qu’ils finissent « en biais ». En général, mieux vaut privilégier les pénétrations où vous êtes face à face, où le gland appuie vers votre vessie.

Le Point G.

Mythe ou réalité chez les femmes.

 

Les travaux scientifiques concernant le point G sont très contradictoires. Trois auteurs américains, Ladas, Whipple et Perry, affirment l’avoir mis en évidence chez quatre cents femmes qu’ils ont examinées, mais d’autres études ne le retrouvent que chez 10% d’entre elles ou même moins. Ce n’est donc pas une réalité anatomique indiscutable.
 
En revanche, si l’on n’a pas prouvé l’existence d’une zone anatomique spécifique, il reste certain que la plupart des femmes qui jouissent profondément, disent ressentir des sensations de plaisir particulières dans cette région.
 
Cette possible plus grande sensibilité de la face antérieure du vagin n’aurait rien d’étonnant si l’on considère que cette zone est, chez les primates nos ancêtres, le point de contact naturel du pénis avec le vagin dans les rapports sexuels en position postérieure.
Philippe Brenot « Le Sexe et l’Amour » (éd. Odile Jacob)

Le Point G. Comment le stimuler ?

Le top des positions qui stimulent le Point G.

 

* crédit illustration © Gstudio Group / Fotolia