[Blog] Insolite / anecdotes

Sexe au Moyen-Âge : 10 faits historiques

Un panorama des us et coutumes, des interdits et des pratiques en matière de sexualité au Moyen-Âge.

L’amour courtois.
 
L’Église a interdit l’expression ouverte du désir sexuel, mais la notion médiévale d ‘«amour courtois» suggérait que l’amour et l’admiration pouvaient exister quelque part entre le désir érotique et la réalisation spirituelle. Un auteur a défini l’amour courtois comme une chose «à la fois illicite et moralement élevée, passionnée et disciplinée, humiliante et exaltante, humaine et transcendante».
 
L’amour courtois est associé au chevalier qui tombe amoureux de la femme mariée – ou du moins à l’idée de la femme pure. Il l’admire de loin, fait la guerre pour elle et sacrifie sa vie.
 
Les troubadours, chanteurs médiévaux qui allaient de ville en ville, chantaient des chansons d’amour et représentaient souvent cette idée de l’amour courtois.

J’aime me souvenir de l’érotique des troubadours et de la pratique de l’amour courtois.
 
Je songe aux épreuves qu’étaient l’assays ou l’asag qui supposaient l’homme capable d’une maîtrise telle qu’il devait pouvoir regarder sa belle se déshabillant, nue, se coucher, près de son corps et n’y point toucher autrement que sur le mode de la douceur. Tout était permis sauf l’union sexuelle dans sa définition classique. Le rapport était spiritualisé, sublimé, esthétisé.
 
L’épreuve avait pour but de mesurer le degré de maîtrise dont était capable l’homme amoureux : incapable, il montre l’empire des sens sur lui, capable, il montre son empire sur ses sens. La douceur est capacité à différer, à vouloir dans un temps élu les effets qu’on entend produire sur soi aussi bien que sur autrui. La maîtrise ne vise pas la continence pure, l’ascétisme complet, mais le triomphe du vouloir jusqu’à ce que décision soit prise de s’abandonner. Le bouddhisme tantrique a fait de la rétention spermatique une pratique qui décuple et grandit : les troubadours la pratiquaient également.
(Michel Onfray)

Adultère.
 
Pour quiconque prenait la morale chrétienne au sérieux, le sexe n’était pas une option mais il n’était toléré que dans le cadre du mariage. Les relations sexuelles avant le mariage ou hors mariage constituaient un risque grave si vous deviez «gratter une démangeaison». Les prêtres étaient tenus de signaler les adultères et les fornicateurs (ceux qui avaient des relations sexuelles hors mariage) et les peines pouvaient aller de pénitence à la peine de mort.
 
Mais ce n’était pas seulement l’Église qui désapprouvait l’adultère et la fornication, c’était aussi des nobles, qui voulaient être certains que les enfants de leur mariage étaient bien les leurs.
 
En réalité l’attitude était plus clémente, en particulier chez les populations rurales où les alliances sexuelles étaient courantes. Souvent, les prêtres essayaient de forcer les «pécheurs» à se marier et tout était pardonné. Si le mariage était hors de question, les peines pourraient entraîner des années de pénitence.
 
Positions sexuelles.
 
L’Église a même dicté comment vous étiez censé avoir des relations sexuelles. Toute autre chose que la «position missionnaire» commune, par exemple, était considérée comme non naturelle et par conséquent comme un péché, selon l’Église. La femme en position de domination ou pénétrée par l’arrière n’est pas favorisée parce qu’elle interfère avec l’ordre naturel des rôles homme-femme. Le sexe anal et oral étaient des péchés car ils ne pouvaient être pratiqués que pour le plaisir, pas pour la procréation, ce qui, pour les puristes, était le seul but du sexe.
 
Les punitions infligées aux personnes qui utilisent des positions sexuelles «déviantes» peuvent être très sévères: pénitence de trois ans pour la femme dominatrice et pareil pour les rapports sexuels oraux et par voie anale, ce qui était généralement perçu comme la position la plus pécheresse…
 
C’étaient les idées officielles de l’Église, mais certains théologiens «progressistes» ont commencé à les remettre en question. Albert le Grand (un Saint) a nommé cinq positions sexuelles et les a classées du plus acceptable au moins acceptable, et a déclaré que le missionnaire était la seule position complètement «naturelle»; les autres étaient «moralement discutables mais pas des pêchés mortels. Toutefois, dans certaines situations (telles que l’extrême obésité), ces autres positions pourraient être non seulement acceptables mais même pratiques.
 
Homosexualité
 
La position de l’Église sur l’homosexualité a été clairement énoncée par le théologien catholique Pierre Damien dans son Livre de Gomorrhe au XIème siècle de notre ère. La sodomie était définie comme «des actes contre nature», comprenant également les pratiques suivantes : masturbation solitaire, masturbation mutuelle, copulation entre les cuisses (sexe interfémoral) et copulation «par l’arrière» ou sexe anal. Saint Thomas d’Aquin a élargi la définition de la sodomie pour inclure tous les actes autres que les rapports sexuels vaginaux. Il a également qualifié le lesbianisme de péché.
 
L’église a commencé à persécuter les “pécheurs sexuels” aux 12ème et 13ème siècles. La sodomie était punissable de mort, pouvant entraîner mutilation, mise au bûcher, pendaison et, dans le cas de prêtres surpris en flagrant délit, pendaison dans une cage suspendue jusqu’à mourir de faim.

Homosexualité, bisexualité à la Renaissance.

(note : dans le titre de cette vidéo, le terme “bestialité” est associé à homosexualité et bisexualité, il faut se rapporter au contexte historique évoqué dans la vidéo).
 
La mode de la virilité.
 
L’un des accessoires de mode les plus populaires du Moyen Âge était un rabat ou une poche qui se fixait à l’avant de l’entrejambe du pantalon pour homme et l’accentuait de manière à souligner ou à exagérer les parties génitales. Ils étaient bourrés de sciure de bois ou de tissu et maintenus fermés par des liens, des boutons ou par d’autres moyens. Cet accessoire  donnait l’impression d’un pénis en érection.
 
Un autre symbole de la virilité à la mode était un style de chaussure appelé la poulaine. C’étaient de longues chaussures à bout pointu, qui devaient également suggérer la taille du pénis du porteur.
 
Naturellement, l’Église n’a pas apprécié ces vêtements qu’elle qualifiait de «mode du diable».
 
Godemichés.
 
Il existe quelques références de l’utilisation de sextoys, notamment de godes, par les femmes du Moyen-Âge, en particulier dans un livre prescrivant des punitions pour les péchés.
 
« Avez-vous fait ce que certaines femmes ont l’habitude de faire, c’est-à-dire fabriquer un dispositif ou un instrument ayant la forme d’un membre masculin d’une taille correspondant à votre désir pécheur ? Si vous avez fait cela, vous devrez faire pénitence pendant cinq ans les jours saints légitimes. ”
 

Sexe au Moyen-Âge
D.R.

 
Virginité et chasteté.
 
La croyance de l’Église médiévale selon laquelle le célibat était le seul moyen d’adorer Dieu était incarnée dans la Vierge Marie. Au Moyen Âge, la virginité était été un idéal auquel aspirer, mais elle était rarement atteinte par les roturiers et les nobles.
 
Il était néanmoins possible de se refaire une virginité. L’Église a rendu possible pour les femmes qui non seulement avaient eu des relations sexuelles, mais qui avaient aussi enfanté, de confesser leurs «péchés», d’effectuer des années de pénitence et de passer les dernières années dans un couvent. Les femmes qui ont choisi cette voie ont renoncé à leur soi-disant rôle dans le «péché originel» (celui de tenter Adam avec le fruit de la connaissance) et ont rejoint ce qu’on appelait le culte de la Vierge.
 
Petite précision : on pense souvent que la «ceinture de chasteté», une ceinture portée par les femmes pour empêcher la pénétration, était une invention médiévale, en réalité c’est une invention du 19ème siècle.
 
La prostitution.
 
La prostitution a prospéré au Moyen Âge, qu’elle ait été approuvée ou non par l’Église. Dans les grandes villes, les prostituées pouvaient exercer leur métier dans l’anonymat et c’était considéré comme une profession honnête et essentielle.
 
Pendant un certain temps, l’Église a approuvé la prostitution, cette pratique était considérée comme un moyen de prévenir l’adultère et l’homosexualité à plus grande échelle; elle était donc considérée comme un mal nécessaire.
 
Les prostituées les plus respectables travaillaient dans des maisons de passe, la plupart des villes en avaient un. Dans certaines villes, les prostituées ont dû s’identifier à l’aide de vêtements particuliers, tel un voile à rayures jaunes. Les femmes qui pratiquaient en dehors d’une maison close étaient souvent exposées aux comportements les plus durs de la société, certaines ont été emprisonnées, torturées ou mutilées.
 
Contraception.
 
Au cours du Moyen Âge, l’Église s’est davantage préoccupée des péchés de chair et du plaisir résultant d’actes sexuels «non naturels» que de la question de la contraception. Les théologiens étaient en désaccord avec la contraception à l’époque comme maintenant, mais l’Église semblait moins se préoccuper de cela que de dénoncer les nombreuses autres “pratiques pécheresses”. La contraception était considérée comme un problème moral mineur et non comme un péché mortel.
 
Outre la pratique du coït interrompu, il existe certaines références à l’utilisation du préservatif par les hommes. Les préservatifs consistaient donc en vessies ou en intestins d’animaux liés avec de la ficelle et étaient réutilisés plusieurs fois. Il semble qu’ils aient été davantage utilisés pour prévenir les maladies vénériennes telles que la syphilis. Les versions ultérieures ont été faites avec du lin. Le préservatif n’a été utilisé pour la première fois que vers le milieu des années 1600.
 
Les femmes utilisaient parfois des pessaires, des mélanges d’ingrédients variés qui agissaient comme une sorte de spermicide. Ils ont été appliqués à l’intérieur du vagin. Une recette de pessaire se composait de dattes moulues, d’écorce d’acacia et d’une touche de miel mélangée à une pâte humide. La laine ou le tissu était alors trempé dans ce mélange et inséré dans le vagin.
 
Dysfonctionnement sexuel.
 
Si un homme ne pouvait pas avoir de rapports sexuels, l’Église faisait appel à un groupe spécial de «détectives privés» ! Des femmes de village (considérées comme sages et de bonne vertu) qui examinaient le pénis du mari et évaluaient son état de santé général afin de déterminer s’il était capable d’avoir des rapports sexuels pour la procréation (et pour le plaisir). Si le pénis était déformé ou s’il y avait une autre raison pour laquelle il ne pouvait consommer le mariage, le couple était séparé.
 
De nombreux médecins médiévaux d’Europe étaient de grands adeptes de la médecine arabe. Les médecins et les pharmaciens musulmans ont été les premiers à prescrire des médicaments pour le traitement de la dysfonction érectile, y compris un traitement médicamenteux associé à un régime. La plupart de ces médicaments étaient des médicaments par voie orale, bien que quelques patients aient également été traités par voie topique et transurétrale.
 
Voir aussi, en complément d’information sur la sexualité dans cette (vaste) période de l’histoire :

Le sexe au Moyen-âge.